• 19, rue Saint Joseph – 68000 Colmar
  • paul.fluckiger@eglises-perspectives.org
  • 06.75.78.68.86

Être passionné(e) pour Jésus

Le 11 novembre 2019 par dans Prédication

ÊTRE PASSIONNÉ(E) POUR JESUS

Et vous, êtes-vous passionné(e) pour Jésus ?

Existe-il un indicateur pour mesurer cette passion ? Peut-être…

  • la ferveur de la louange ?
  • la profondeur de la prière ?
  • le courage pour témoigner et évangéliser ?
  • l’amour pour le prochain, le faible ?
  • la générosité sans limites quand il s’agit de donner de l’argent ?
  • le temps consacré à la lecture biblique ?
  • la consécration dans le jeûne, la sanctification, la repentance ?
  • porter un T-shirt ou l’autocollant : JESUS T’AIME ?
  • supporter les moqueries et les persécutions ?

Les apôtres dans le livre des Actes, chapitre 5

  1. Être passionné pour Jésus, c’est se laisser surprendre par des choses inédites, c’est se laisser déranger, c’est être à son service -> v 12-16
  2. Être passionné pour Jésus, c’est accepter que cette passion n’est pas partagé par le monde entier, qu’elle ne suscite pas seulement des adhésion, mais qu’elle suscite aussi la jalousie et l’opposition, expose aux menaces, à l’intimidation -> v 17-18 + 33 + 40
  3. Être passionné pour Jésus, c’est obéir au Seigneur -> v 19-21
  4. Être passionné pour Jésus, c’est annoncer l’évangile (l’œuvre du Seigneur) et donner son témoignage (nous voulons obéir à Dieu) -> v 28-32
  5. Être passionnée pour Jésus, c’est connaître la joie qui surpasse tout ce que le monde peut nous offrir -> v (40+) 41
  6. Être passionné pour Jésus, c’est continuer à servir Dieu et notre prochain, jusqu’au retour du Seigneur -> v 42

Une femme à qui Jésus a beaucoup pardonné : Évangile de Luc, chapitre 7

Un pharisien invita Jésus à manger avec lui.

Jésus entra dans la maison du pharisien et se mit à table.

Une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville apprit qu’il était à table dans la maison du pharisien. Elle apporta un vase plein de parfum et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait, et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les embrassa et versa le parfum sur eux.

Quand le pharisien qui avait invité Jésus vit cela, il se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est celle qui le touche et de quel genre de femme il s’agit, il saurait que c’est une pécheresse. »

Jésus prit la parole et lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. » « Maître, parle », répondit-il.

 « Un créancier avait deux débiteurs : l’un d’eux lui devait 500 pièces d’argent, et l’autre 50. Comme ils n’avaient pas de quoi le rembourser, il leur remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l’aimera le plus ? » Simon répondit : « Celui, je pense, auquel il a remis la plus grosse somme. » Jésus lui dit : « Tu as bien jugé. »

Puis il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison et tu ne m’as pas donné d’eau pour me laver les pieds ; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas donné de baiser ; mais elle, depuis que je suis entré, elle n’a pas cessé de m’embrasser les pieds. Tu n’as pas versé d’huile sur ma tête ; mais elle, elle a versé du parfum sur mes pieds.

C’est pourquoi je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés, puisqu’elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui l’on pardonne peu aime peu. »

O Jésus, je t’aime, car tu m’as sauvé, en t’offrant toi-même. Ton sang m’a lavé !

Sur la croix bénie, pour moi, tu mourus. Ta mort est ma vie, je t’aime, ô Jésus !

Qu’ici-bas je t’aime jusque dans la mort, à l’heure suprême du dernier effort,

Ma voix expirante ne s’entendra plus, sachez que je chante : Je t’aime, ô Jésus !

Je verrai ta face, quel ravissement ! Je louerai ta grâce éternellement,

Et dirai sans cesse avec les élus l’hymne d’allégresse : Je t’aime, ô Jésus !

_A Toi la Gloire 307 – Texte de Gustave Isely_