EGLISE PERSPECTIVES COLMAR

5/5/2019 : L'art de poser les bonnes questions

Un petit livret raconte l’histoire vraie d’une Église qui était en train de mourir. Une petite poignée de personnes se retrouvaient encore, avec une moyenne d’âge assez élevée. L’auteur raconte que les collectes du mois dernier enregistraient en tout et pour tout 90 dollars. Mais cette assemblée était prête à accueillir un pasteur, consciente du défi à relever.

Lors d’une réunion de prière, l’inquiétude gagnait les chrétiens : « Étant si peu nombreux, sommes-nous capables de soutenir un travail d’Église, d’évangélisation et peut-être même un travail d’implantation d’Églises ? ». Voilà ce que racontent les participants de la réunion : « Finalement, il nous semblait que cette question n’était pas la bonne, et qu’il nous fallait plutôt nous demander : ‘Dieu nous a-t-il révélé sa volonté ? Si oui, sommes-nous disposés à croire, à obéir et à faire confiance ?’ ».

Je vous raconterai peut-être la suite du livre une autre fois, mais je retiens déjà aujourd’hui que poser les bonnes questions n’est, certes, pas facile, mais conduit à l’essentiel.

Puis, vient le défi de la foi : l’écoute, l’obéissance et la confiance. Avec cette approche, je relis autrement les récits d’Abraham, de Moïse, de David, de Jonas, de Jésus, des apôtres, de Marie ou d’Ananias (Ac 9). Peut-être avez-vous trouvé « l’intrus » dans cette liste ?

J’ai l’impression que le Seigneur me pose toujours à nouveau cette question : « es-tu prêt à te mettre à mon écoute, à chercher ma volonté, prêt à obéir, avec confiance ? »

Je réfléchis avant de répondre puis je le fais en tremblant : Oui, Seigneur. Quelle joie de connaître et de servir Jésus-Christ !

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

1/4/2019 : "Eglise Perspectives Colmar"

Voilà le nouveau nom de notre association. Lors de l’assemblée générale extraordinaire du 14 mars dernier, les membres se sont exprimés en faveur de ce nom.

Avec ce nouveau nom nous n’avons plus de « nom bizarre » comme cela a pu être perçu dans le passé par les uns et les autres, un nom qui pouvait prêter à confusion et qu’il fallait expliquer, mais au contraire nous avons un nom ouvert et accrocheur.

Nous connaissons la perspective en dessin. Nous avons certainement tous essayé (ou dû essayer en cours de dessin à l’école), de réaliser un dessin avec des lignes qui convergent vers un point de fuite.

Pour les chrétiens que nous sommes, notre point de convergence est le Dieu unique, tri-unitaire qui s’est révélé par son fils unique, Jésus-Christ, venu dans ce monde pour nous révéler l’amour inconditionnel de Dieu pour sa création : « Car Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui (afin que celui qui place en Lui sa confiance) ne périsse pas (ne soit pas perdu, c’est à dire éternellement loin de la présence de Dieu) mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3,16)

Et ça c’est une PERSPECTIVE. Quelle perspective ! Un message qui nous ouvre un chemin d’espérance avec la certitude qu’un jour nos yeux verront Jésus.

Alors, « gardons les yeux fixés sur Jésus, qui nous a ouvert le chemin de la foi et qui la porte à la perfection ». (Hébreux 12,2)

1/3/2019 : Le mot de notre Pasteur

La foi, mais qu’est-ce que ça change ?

« Ce qu’attendent nos contemporains, c’est de rencontrer des chrétiens dont la vie a été transformée par le Christ. Pas des chrétiens simplement actifs, actifs dans la prière, la lecture biblique, les programmes de leur Eglise, dans leur entreprise ou dans une association. Les chrétiens inchangés immunisent nos semblables contre l’Évangile. » Daniel Liechti

J’avais pris des notes pendant le weekend de formation avec Daniel. Je lutte pour les relire une fois par semaine, afin que ce que j’ai entendu puisse se frayer un chemin jusqu’à mon cœur. La foi a changé « quelque chose » au moment de ma conversion, il y a 35 ans. Elle a changé « quelque chose » au moment de mon appel pour le ministère à plein temps. Et depuis, et aujourd’hui ? Dans quelle mesure Jésus est-il Seigneur de ma vie et dans ma vie, dans mes décisions, dans ma motivation, dans mon attitude, dans mes paroles et actes ? Daniel disait à un autre moment du weekend : « c’est quand même très surprenant, que ce qui est si important pour moi, dont je dis que c’est le centre de ma vie et mon espérance éternelle, intéresse si peu mes contemporains et que ma vie leur donne si peu envie, au moins pour savoir de manière approximative qui est ce Jésus dont je dis que je l’aime de tout mon cœur, de toute ma pensée, de toute ma force ».

J’ai l’impression que je vais encore une fois relire mes notes et prier. Mais je ne perds pas espoir, car Dieu est toujours et encore en mission pour sauver et transformer des vies, à commencer par la mienne.

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

1/1/2019 : « Seigneur, donne-moi force et courage »

Voilà ma prière pour cette année 2019, pour moi mais aussi pour notre assemblée : « Seigneur, donne-nous force et courage ». Chacune et chacun pourra y ajouter la suite : force et courage pour… afin que… parce que… car… .

J’aime beaucoup cette prière, vous m’avez probablement déjà entendu l’apporter à Dieu. Elle est simple. Je peux reconnaître que je ne suis pas toujours à la hauteur, capable de franchir tous les obstacles, de porter tous les fardeaux, de faire face aux défis ou de traverser les épreuves.

J’aime beaucoup cette prière parce qu’elle conduit à l’action. Ne pas s’arrêter à mi-chemin, ne pas baisser les bras, ne pas désespérer, ne pas accepter lâchement, ne pas s’engager dans des mauvais compromis, ne pas rester paralysé par la peur ou les difficultés : Seigneur, donne-moi force et courage.

Seigneur, donne-nous force et courage pour prier et pour croire à ta parole : « Vraiment, je vous l'assure, si vous aviez de la foi, même si elle n'était pas plus grosse qu'une graine de moutarde, vous pourriez commander à cette montagne : Déplace-toi d'ici jusque là-bas, et elle le ferait. Rien ne vous serait impossible. » Matthieu 17

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

31/12/2018 : Plume en éveil

Alors que rhumes et toux saisonnières assaillent nous autres humains, il est une médication qui, si elle ne guérit point, en adoucit au moins les tracas. Ce remède, c’est le miel.

Le miel est doué de mille vertus qu’on lui reconnaît depuis des temps immémoriaux. À l’époque, l’homme se le disputait aux animaux, friands eux aussi de l’aubaine dénichée au creux d’un arbre ou d’un rocher. Depuis, les hommes ont apprivoisé essaims et reines d’abeilles, les contenant en des ruches aux cadres de cire parfaitement formatés.

L’écrivain des Proverbes invite à manger du miel. Mon fils, mange du miel, car il est bon. Un rayon de miel sera doux à ton palais (Prov. 24, v.13). Tandis qu’au prochain chapitre, l’écrivain conseille de ne point en manger trop, avec le risque d’en être saturé jusqu’à l’extrême, si tu trouves du miel, n'en mange pas trop ! Tu risquerais d'être saturé et de le vomir (Prov. 25, v.16).

Ce paradoxe note sans doute une incitation à consommer le miel avec modération. Faire bon usage du miel, dans nos sociétés gavées de sucre artificiel relève sans conteste d’une sage inspiration. Cette sagesse nous convie à jouir des douceurs que procure la Création, sans excès.

Plus loin, l’auteur des Proverbes ouvre à une nouvelle perspective, celle d’honorer son semblable, car s'il n'est pas bon de manger trop de miel, mais rechercher la gloire des autres est un honneur (Prov. 25,v.27).

Le miel aurait-il ainsi la vertu d’attendrir nos relations humaines, de les rendre plus douces, plus légères, plus digestes ? Jouir de la vie, est l’invitation qui nous est faite et qui traverse toute la Parole.

Ainsi la vie toute entière est motivée par la recherche de bonheur. Si la philosophie nous invite à cultiver les vertus cardinales, que sont la prudence, la tempérance, la force d’âme et la justice, la divine Parole y substitue trois vertus théologales, à savoir la Foi, l’Espérance et l’Amour. Données par le Père lui-même, elles autorisent à cueillir, à croquer la vie. Cette jouissance, n’est ni égoïste, ni individualiste. Elle se partage, s'accommode, s’apprête, se mélange.

Elle s’accomplit pleinement en la divine présence. Ajoutée d’un peu de miel, c’est cette présence, qui éclaire, réchauffe, console et réjouit, que je te souhaite, ami lecteur, en guise de vœu pour l’an neuf.

Ergé

18/11/18 : Un nouveau logo pour notre future union !

07/10/18 : Prions pour notre Eglise !

Depuis l’été, nous sommes entrés dans la phase active de recherche de locaux. Lors de la « Soirée Église » du 21 septembre dernier, les personnes présentes se sont exprimées en faveur d’un élargissement géographique de nos recherches. Elles ne se limiteront pas à Colmar-Ville, mais s’étendront aux environs proches. Conscients que nous avons plus que jamais besoin de la direction divine pour toute la question des bâtiments, nous sommes TOUS invités à nous engager dans la prière. Le porte-clé ci-dessus a été conçu pour nous accompagner dans cet engagement. Prenons cela à cœur car nous voulons vraiment que ce soit Dieu qui nous montre clairement là où il veut que nous œuvrions pour Lui. Qu’il ouvre ou ferme les portes, car RIEN N’EST IMPOSSIBLE À DIEU !

Engagement solennel lors du congrès de fusion – Mai 2018

Nous reconnaissons que nous laissons trop souvent notre amour pour Jésus s’affaiblir. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à raviver continuellement notre amour pour Jésus et notre passion pour son royaume. Nous chercherons à le connaître d’avantage et à le faire connaître. Nous chercherons à nous soumettre en toutes choses et en tout temps à sa Seigneurie.

Nous reconnaissons que nos Eglises courent sans cesse le risque de prêcher et de vivre un Evangile sans engagement. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à vivre en disciple de Christ et à former des disciples capables de former à leur tour d’autres disciples.

Nous reconnaissons que nous laissons trop souvent le ministère entre les mains de quelques-uns, en les chargeant d’un poids qu’ils ne peuvent porter, et ce au détriment de la croissance du corps de Christ. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à reconnaître et à valoriser la diversité des ministères donnés par le Saint-Esprit et à leur confier comme mission d’équiper l’ensemble du corps de Christ pour l’accomplissement de sa mission.

Nous reconnaissons que nos Eglises sont trop souvent repliées sur elles-mêmes par peur, par manque de vision ou simplement par le poids de la routine. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à développer des Eglises ouvertes sur leur environnement, conscientes qu’elles n’existent pas pour elles-mêmes mais pour le monde. Nous chercherons à manifester concrètement la présence de Jésus au milieu des joies et des détresses de notre société.

Nous reconnaissons que nous cherchons parfois d’avantage à construire notre propre royaume en ayant comme unique horizon nos propres besoins immédiats. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à être généreux, par nos dons, notre argent et notre temps pour que le royaume de Christ progresse dans notre pays et dans le monde.

Nous reconnaissons que la multiplication des Eglises reste une préoccupation secondaire dans la vie de nos communautés. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à impliquer chacune de nos communautés dans une dynamique de multiplication afin que l’Evangile pénètre chaque ville, chaque village, chaque sous culture de notre pays. Nous voulons encourager les initiatives et êtres audacieux pour que nos communautés croissent et se multiplient.

Nous reconnaissons que nous nous reposons trop souvent sur nos propres ressources humaines sans recherche premièrement la puissance de celui qui seul peut nous transformer, et qui seul peut convaincre les hommes et les femmes de leur besoin de salut et de la réponse qui est en Jésus. Par la grâce de Dieu nous nous engageons à chercher en tout temps à être remplis de l’Esprit-Saint, à manifester son fruit dans nos vies et à agir par sa puissance.

Par la grâce de Dieu nous nous engageons, en tant qu’Union d’Eglises à être un mouvement « DE DISCIPLES QUI FONT DES DISCIPLES et D’ÉGLISES QUI IMPLANTENT DES ÉGLISES ».

11/5/18 : Une nouvelle union d'église est né !

Le 7 avril 2018, les délégués des Églises de Vision-France étaient conviés au Centre Évangélique à Sélestat pour une réunion préparatoire à l’Assemblée générale de Vision- France et à la fusion entre les deux unions : France Mission et Vision-France. L’occasion était donnée de poser les dernières questions, d’échanger des réflexions mais aussi de jeter un regard de reconnaissance sur ces décennies au cours desquelles le Seigneur a pu oeuvrer au travers de notre union. C’est le fruit de l’engagement et de la persévérance de tous ceux qui nous ont précédés et de la fidélité et bienveillance de Dieu. Un moment particulier de reconnaissance a été célébré et nous avons symboliquement empilé des pierres pour nous souvenir que c’est notre grand Dieu qui nous a conduits jusque-là.

C’est fort de cette certitude que nous voulons en tant qu’union aborder l’avenir de la nouvelle union.

De nouvelles PERSPECTIVES s’ouvrent devant nous. C’est d’ailleurs le nom de cette nouvelle entité :

PERSPECTIVES
Des Églises - Une Mission
Addendum : Cette nouvelle union a vu le jour le 11 mai 2018 ! Le congrès de fusion Vision- France / France-Mission a réuni les délégués des 2 unions actuelles pour décider de n’en former qu’une seule. Perspectives regroupera désormais 80 Eglises locales, au sein de quatre pôles régionaux, France Mission étant historiquement bien implantée en Bretagne et Vision France en Alsace.

30/3/18 : La Passion du Christ

En ces jours-ci, nous sommes appelés à nous remémorer La Passion du Christ, c'est à dire l’ensemble des événements qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth, Notre Seigneur.

Pour nous y aider, nous pouvons lire le texte suivant proposé par le calendrier « Vivre Aujourd’hui » : Ici

Voici aussi un magnifique clip video du chant "you raise me up" (en anglais) ici.

Ce chant est une très belle louange inspirée par Notre Sauveur Jésus-Christ; il a été traduit en francais ici . Les paroles sont porteuses de sens pour nous aujourd'hui. Jugez plutôt :

Solo: Quand je suis lasse et que le doute m'envahit, quand vient le temps des troubles de la vie, alors mon cœur te cherche en silence et avec toi je suis plus que vainqueur.

Chœur: En toi Seigneur je défie les montagnes, en toi Seigneur je peux me surpassé car je suis forte quand de toi vient ma force, en toi Seigneur je suis plus que vainqueur.

18/3/18 : La journée du SEL

Chaque année, le SEL organise la Journée du SEL afin de mobiliser toutes les Églises et leurs membres autour d’une action chrétienne dans un monde en détresse.

Le dimanche 18 mars 2018, le SEL nous propose de réfléchir sur la thématique « Faire le bien et bien le faire ». Oui, Dieu nous appelle à faire le bien !

Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui vise à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté dans les pays en développement.

21/1/18 : #Cetteanneejepartage !

Agapé France nous lance un nouveau défi cette année :

Il y a 500 ans, Luther, grâce à l’imprimerie diffusait la Bible dans un langage accessible à ses contemporains. Nous aussi, nous souhaitons faire de même : d’une façon adaptée (un film de 70 mn) et accessible, nous voulons partager le message de l’Evangile.

Notre pays, malgré sa tradition chrétienne, ne connaît plus l’Histoire du Christ, que ce soit d’un point de vue culturel, historique ou spirituel. Imaginez si un chrétien sur trois en France offrait ce film de poche à un parent, un voisin, un collègue ou un ami... Quel impact !

Tous les détails sont disponibles ici

Note : Et pour bien commencer l'année, en complément, pour les anglophones, un beau chant : "No Longer Slaves" un des meilleurs chants de louange de l'année 2017 aux USA. Environ 42 millions de vues sur YouTube ! A écouter absolument : ici

"I'm no longer a slave to fear
I am a child of God !"
"Je ne suis plus un esclave de la peur
Je suis un fils de Dieu !"

1/1/18 : Le début d’une nouvelle année

Jadis, on datait les courriers, un contrat ou des documents administratifs avec cette expression de l’an de grâce. Les années passant, les siècles se succédant, les us et coutumes changent et l’idée de la grâce divine risque de disparaître de plus en plus du radar. On parle bien volontiers des perspectives et projets à grande échelle, dans l’ambition et dans le calendrier, avec des échéances pour 2040... 2050 et au-delà. Des taux de croissance à ceux du chômage, des résolutions COP21 à celles concernant la pauvreté dans le monde, les prévisionnistes et instituts de sondage ont de quoi montrer leurs talents. On ne pourra pas attendre de leur part d’inscrire l’avenir dans une perspective divine, ils n’ont pas d’outils d’analyse et d’interprétation pour cela.

Je nous encourage nous, croyants et disciples de Jésus, nous Eglise, à apporter notre touche dans cette année à venir. Vivre de la grâce de Dieu dans notre vie personnelle nous permettra de vivre la grâce de Dieu, là où Dieu saura diriger nos pas. Je vous souhaite de tout cœur une année de grâce 2018, pour vous et pour toutes les personnes qui auront le privilège de croiser votre route. Soyons porteurs d’espérance et de grâce et le monde nous en sera reconnaissant.

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

1/11/17 : Une Eglise qui grandit

Je suis d’accord avec vous, il faut du courage pour lire la liste jusqu’au bout: Phœbé, Prisca, Aquilas, Epaïnète, Marie, Andronicus, Junia, Ampliatus, Urbain, Stachys, Apellès, Aristobule, Hérodion, Narcisse, Tryphène, Tryphose, Perside, Rufus, Asyncrite, Phlégon, Hermès, Patrobas, Hermas, Philologue, Julie, Nérée, Olympas, Timothée, Lucius, Jason, Sosipater, Tertius, Gaïus, Eraste, Quartus.

L’apôtre Paul termine ainsi l’épître aux Romains. C’est surprenant ! Il donne ces détails, dans une épître qui constitue un traité doctrinal magistral, écrit pour argumenter, exposer, expliquer, défendre la foi chrétienne. Mais qu’est-ce que la doctrine, si elle ne rejoint pas les gens, si elle ne conduit pas à la foi, si elle ne transforme pas la vie des personnes ?

C’est important pour l’apôtre de se souvenir de toutes ces personnes. Il partage leur foi en Jésus-Christ, l’espérance, la vie. Ils et elles ne sont pas des numéros, mais des hommes et des femmes qui font que l’Eglise existe, qu’elle est forte dans la foi, et que le nombre des croyants augmente chaque jour (Ac 16.5).

Essayez d’énumérer toutes les personnes qui participent, d’une manière ou d’une autre, à la vie de notre Eglise. Attention, il faudra aussi du courage, car la liste dépasse les 70 noms.

Ce serait beau, si Jésus ajoutait encore d’autres noms à cette liste, car il ajouterait ainsi des personnes à son Eglise, des hommes et des femmes qui le connaitront. Prions pour Martin, Claudine, Rachida, John, Daniele, Günther, Aramaniag, Adria, Boris,…

N’est-il pas écrit que toutes des personnes de toutes les nations adoreront Dieu ? Alors, bienvenue à Candace, Steven, Appolline et tous les autres !

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

1/10/17 : Un chantier en cours

23 ans pour construire la pyramide de Khéops ! Des siècles pour la Grande Muraille de Chine, avec ses 6.259 km. La construction du tunnel sous la Manche, considéré selon l’Association américaine des ingénieurs en génie civil comme l'une des sept merveilles du monde moderne, a pris 6 ans : il fallait creuser sur une longueur de 38 km !

Ce sont des constructions extraordinaires, mobilisant des moyens humains et techniques hors-normes. Impressionnant !

L’Eglise est un autre chantier. La construction a commencé dans les évangiles, se poursuivant dans les Actes des Apôtres et elle n’est toujours pas terminée après 2000 ans.

L’apôtre Pierre nous apprend une vérité fondamentale quand on parle de l’Eglise :

« Approchez-vous de Christ, la pierre vivante rejetée par les hommes mais choisie et précieuse devant Dieu, et vous-mêmes, en tant que pierres vivantes, laissez-vous édifier pour former une maison spirituelle, un groupe de prêtres saints, afin d'offrir des sacrifices spirituels que Dieu peut accepter par Jésus-Christ. »

Quand les pierres vivantes se mettent ensemble, se laissent modeler par Dieu, l’Eglise prend forme et vie, comme nous le prions depuis la rentrée du mois de septembre :

« Les Églises deviennent plus fortes dans la foi, et le nombre des croyants augmente chaque jour. » Actes 16:5

Le chantier n’est pas encore terminé. Il y a encore du travail. Si chacun apporte sa pierre à l’édifice, la construction se poursuivra et se développera. Cette pierre que je peux apporter, c’est ce que je suis : une pierre vivante, grâce à Dieu et pour sa gloire.

Notre Pasteur, Paul Fluckiger

11/6/17 : Comme un phare dans la nuit

Vous êtes la lumière du monde...

Que votre lumière luise ainsi devant les hommes. (Mat. 5:16)

Depuis le temps lointain où les homme ont commencé à naviguer sur les mers, allumer des feux sur la côte s’est avéré nécessaire pour guider les marins jusqu’à la sécurité de leur port. Puis des bâtisses ont été élevées ici ou là afin d’accroître la portée de la lumière générée par ces feux ; ainsi sont nés les phares.

George Bernard Shaw a dit un jour : « Je ne peux imaginer aucune autre construction humaine plus altruiste que le phare. Sa seule raison d’être est de servir les autres ! » Jésus a utilisé l’image du phare pour expliquer quel devait être notre rôle ici-bas. Lui, est la vraie lumière et nous, nous sommes des phares. Bien avant l’arrivée des GPS, des radars et autres systèmes de navigation, les phares évitaient aux navires de s’écraser sur les rochers ou les écueils. De même Christ nous demande d’agir comme des phares pour avertir ceux que nous côtoyons, des écueils de la vie loin de Dieu. Paul Estabrooks fait remarquer deux détails concernant les phares :

1- Ils émettent une lumière intérieure. Après de simples feux entretenus en permanence vinrent les lampes à gaz, puis électriques et enfin les lasers. de même, en tant que disciples de Christ, nous devons émettre une lumière intérieure, expression d’une vie dirigée par le Saint-Esprit.

2- Ils possèdent un ou des réflecteurs qui projettent la lumière intérieure aussi loin que possible à travers la nuit. Christ est la vraie lumière que nous sommes appelés à projeter aussi loin que possible dans l’obscurité de notre monde sans Dieu. Cette lumière, quand elle perce les ténèbres, fait connaître l’amour de Dieu à ceux qui ne le connaissent pas encore. Ce dernier ne nous demande pas de projeter « notre » lumière, mais celle de Christ, comme la lune ne fait que refléter la lumière du soleil.

L’évangéliste américain DL Moody a dit : « Les phares ne tirent pas des coups de canons pour attirer l’attention des marins sur la lumière qu’il projettent. Ils se contentent de briller ! » Soyons donc des phares brillant devant les homme et donnant gloire à notre Seigneur !

Paru dans Sa Parole Pour Aujourd’hui (Juin - Août 2017)

www.saparole.com

27/5/17 : 30 jours de prière pour le monde musulman

Parce qu'aimer mon prochain musulman, c'est aussi prier pour lui ! Quelle que soit sa race ou son origine, la Bonne Nouvelle s’adresse à chaque individu. Ici, on ne parle pas de religion, mais de relations avec un Dieu personnel. Les chrétiens désirent simplement partager ce message avec tous ceux qui ne le connaissent pas. C’est l’amour et le respect qui dictent cette action.

Sachant que le jeûne du Ramadan est un moment particulier pour les musulmans, cette période de 30 jours a été choisie par des chrétiens pour intensifier des moments de prières. Se souvenir et les aimer en priant pour eux particulièrement durant 30 jours : voici la volonté des Editeurs du livret de prière téléchargeable ici.

2017 : Le Réveil de Genève a 200 ans !

2017 marque l’anniversaire du bicentenaire du Réveil de Genève. Au début du 19e siècle, l’enseignement de Calvin et des réformateurs est en perte de vitesse. Les idées des Lumières influencent la théologie de l’Église genevoise au point où « la trinité, la divinité du Christ ou la manière dont la grâce opère ont été écartées », écrit le pasteur Luc-Olivier Décoppet dans sur un article publié lafree.ch.

Toutefois ce protestantisme rationnel ne convient pas aux chrétiens aspirant à une expérience plus personnelle de la foi. Certains fréquentent alors les réunions de la communauté morave ou d’Ami Bost.

Le retour à l’étude de la Bible transforme plusieurs étudiants en théologie. Lorsque la Compagnie des pasteurs leur demande de ne plus prêcher sur la divinité de Jésus, le péché originel et la grâce, ils se constituent en Église hors de l’Église officielle. Dans la foulée, la société évangélique voit le jour. L’Église libre de Genève est un fruit direct de ce réveil spirituel.

On doit également au Réveil de Genève des œuvres sociales comme la Croix-Rouge (Henry Dunant était le secrétaire de l’Alliance évangélique de Genève), la Croix-Bleue, la fondation par John Bost des Asiles de Laforce, pour handicapés physiques et mentaux etc., ainsi que de nombreuses associations missionnaires ou bibliques.

La Suisse romande compte aujourd’hui plus d’une centaine d’Églises libres ou évangéliques qui tirent leurs racines de ce Réveil.

Paru dans « Quart d’heure pour l’essentiel »

Site : www.quartdheure.info

ndlr : notre église est également un fruit du réveil de Genève. Gloire à Dieu !

2/4/2017 : Spécial élections 2017

À l’occasion des élections, le CNEF (Conseil national des évangéliques de France) a édité un excellent livret « Les Évangéliques en France - Convictions ». À diffuser autour de soi et pourquoi pas à remettre aux élus...

À lire et télécharger sur le site du CNEF